February 2019

Flux de trésorerie: les défi s des secteurs de la construction

Lecture de 7 minutes

Changer la culture et moderniser les pratiques d’une industrie complexe

L’argent comptant est roi » dans la construction, et le demeurera, surtout si l’on tient compte du fait que cette industrie doit constamment fi nancer des projets d’envergure, résister à de longs cycles de recouvrement et gérer des dépassements de coûts. De plus, ses acteurs doivent investir de grosses sommes pour assurer la croissance et la modernisation de leurs activités dans un environnement de plus en plus concurrentiel.

Dans le présent document, nous étudions les défi s actuels auxquels les entreprises de l’industrie de la construction font face en ce qui a trait à la gestion de leur fonds de roulement et de leurs fl ux de trésorerie. Bon nombre de nos conclusions et constatations sont fondées sur les commentaires recueillis auprès des dirigeants fi nanciers de 24 entreprises de construction et associations industrielles partout au Canada lors d’une série de tables rondes organisées conjointement par EY et American Express à la fin de 2018.

L’industrie de la construction et du génie regroupe différents secteurs, chacun aux prises avec des enjeux opérationnels et fi nanciers qui lui sont propres. La manière dont ces entreprises interagissent dans les chaînes de valeur de projets est une des principales raisons pour lesquelles les liquidités se retrouvent piégées. Un grand changement, qui permettrait d’améliorer considérablement l’effi cacité opérationnelle et la gestion des fl ux de trésorerie, s’impose dans l’industrie. Il est toutefois diffi cile de changer les choses dans une industrie qui compte un si grand nombre de pratiques fortement ancrées.

Le Canada continue d’emboîter le pas à d’autres pays en adoptant des lois limitant les délais de paiement dans l’objectif de protéger la viabilité fi nancière des petites entreprises de l’industrie. Bien que les lois jouent un rôle clé dans la mise en oeuvre du changement, il existe un certain scepticisme quant à leur application. De plus, l’on s’inquiète de la manière dont ces transformations sur le lan des paiements s’attaqueront aux principaux problèmes de l’industrie et contribueront à les résoudre. On pense ici à la complexité des contrats et des ordres de modifi cation, aux renseignements exigés pour la facturation, à la faible intégration aux systèmes et à la tenue de fi ches de présence et de dossiers de dépenses exacts, entre autres.

Bien qu’il soit impossible d’éliminer toutes les sources d’ineffi cacité et tous les facteurs de complexité, l’immobilisme n’est plus une option. Il est impératif d’améliorer les fl ux de trésorerie dans l’ensemble de l’industrie, mais cela doit d’abord passer par un changement de culture. Pour opérer ce changement, il faut s’attacher à trouver de nouvelles façons d’accroître l’effi cacité opérationnelle, à instaurer le changement en interne et à prendre la responsabilité d’améliorer les interactions entre les responsables des projets et les partenaires de l’industrie. Les avantages que chacun en retirera seront considérables.

Contactez-nous:
Dwain Neckles,
Vice-président, Grandes entreprises
Services aux entreprises – Mondial

American Express



Peter Barnett,
Directeur des ventes
Services aux entreprises – Mondial

American Express