Les entreprises canadiennes prévoient une croissance du commerce avec les États-Unis

TORONTO, 27 septembre 2016 / CNW / – Selon un nouveau rapport de The Economist Intelligence Unit (EIU), élaboré en partenariat avec American Express, les entreprises canadiennes continuent de voir les États-Unis comme un partenaire de commerce proche, et ses marchés comme une source de croissance. Bien que certains problèmes doivent être abordés, comme les défis relatifs aux réglementations et la conformité qui entraînent une hausse des coûts, la plupart des entreprises prévoient que leurs échanges avec les États-Unis vont augmenter, en partie grâce au Partenariat transpacifique.

L’étude, qui comprend un sondage auprès de 531 entreprises de par le monde, analyse les relations entre les entreprises et les États-Unis, et se penche sur leur façon de mener les affaires, sur les défis qui se présentent à elles, et sur leur perception touchant les échanges internationaux avec les États-Unis et les changements à venir en fonction de la nouvelle réglementation future.

« Le commerce entre les États-Unis et le Canada est parmi les plus précieux au monde », explique Paul Roman, vice-président et directeur général, Paiements, entreprises – Mondial d’American Express Canada. « Les résultats montrent qu’il faut examiner certains problèmes, notamment l’accès au financement du commerce et aux infrastructures, mais il est positif de voir que les entreprises canadiennes sont majoritairement optimistes quant à l’augmentation de leurs échanges avec les États-Unis. »

Possibilité d’amélioration du commerce avec les États-Unis

D’après les résultats de la recherche, les États-Unis sont sans surprise le partenaire d’affaires principal du trois-quarts (76 %) des entreprises canadiennes. De plus, la très grande majorité des entreprises canadiennes sondées (94 %) retire jusqu’à 30 % de son chiffre d’affaires annuel mondial du marché américain, tout comme l’autre voisin continental des États-Unis et cosignataire de l’ALÉNA, le Mexique.

La dépendance au commerce avec les États-Unis devrait augmenter, car 58 % des entreprises canadiennes interrogées prévoient que leurs échanges avec les Américains vont croître dans les cinq prochaines années, et environ un cinquième d’entre elles (18 %) pensent qu’ils vont croître de plus de 10 %. Une majorité des entreprises canadiennes sondées pensent que le Partenariat transpacifique (en plus de l’ALÉNA) va leur permettre de bénéficier de meilleures possibilités d’affaires sur le marché américain.

Canada et États-Unis : défis en matière de commerce

Bien que les deux pays entretiennent une relation commerciale solide, les entreprises canadiennes sont confrontées à des défis concrets lorsqu’elles échangent avec les États-Unis. Pour ces dernières, les deux principaux défis sont en effet l’accès au financement du commerce (46 %) et l’accès aux infrastructures liées au commerce (46 %). Parmi les autres défis importants relatifs au commerce avec les États-Unis, mentionnons l’instabilité du taux de change (44 %), la réglementation commerciale, l’harmonisation entre les pays (40 %) et l’exécution des paiements (38 %).

  • Accès au financement : Les principaux obstacles à l’accès au financement du commerce lors des échanges avec les États-Unis sont les options d’assurance de crédit limitées (selon 30 % des interrogés) et le manque de liquidités en dollars (26 %).

  • Infrastructures : Plus d’un tiers (36 %) des entreprises canadiennes sondées expliquent s’en remettre au réseau ferroviaire pour commercer avec les États-Unis, 28 % utilisent les installations portuaires et 24 % choisissent les liaisons aériennes.

  • Instabilité du taux de change : Bien que l’instabilité compte parmi les principaux défis du commerce entre le Canada et les États-Unis, les variations du taux de change par rapport au dollar américain ont été bénéfiques pour la rentabilité de la plupart (54 %) des entreprises canadiennes en 2015.

  • Réglementation du commerce : Près des trois-quarts (72 %) des entreprises canadiennes interrogées ont connu une augmentation du coût des échanges avec les États-Unis, dont 42 % des augmentations supérieures à 10 %, en raison des problèmes de réglementation du commerce et de conformité ces 12 derniers mois.

  • Exécution des paiements : Les entreprises canadiennes sondées mentionnent la fluctuation monétaire (78 %), les heures d’ouverture des banques (68 %), les frais bancaires (68 %), les modalités limitées ou inexistantes (66 %), la visibilité limitée des paiements (56 %) et les inefficacités de processus (52 %) comme étant les principaux problèmes qui freinent l’exécution des paiements vers les États-Unis.

Le commerce en dehors des États-Unis présente également son lot de difficultés pour les entreprises canadiennes. On retrouve notamment parmi ces difficultés l’exécution des paiements (50 %), les frais de transports et d’expédition (46 %), une connaissance du marché insuffisante (42 %), les difficultés de communication et les obstacles culturels (40 %).

Aperçu des paiements internationaux

Plus d’un quart (28 %) des entreprises sondées ont dépensé plus de 10 % de leurs coûts annuels en achats auprès des États-Unis, tandis qu’une majorité d’entre elles (82 %) a tiré jusqu’à 10 % de son revenu annuel auprès des acheteurs américains.

Les difficultés de paiements (fluctuation monétaire, frais bancaires, inefficacités de processus, etc.) ont eu une incidence sur les entreprises canadiennes, ce qui a entraîné des réponses limitées aux paiements d’urgence (32 %), des flux de trésorerie instables (20 %), une plus grande exposition aux échanges internationaux (20 %), des retards d’expédition (18 %), et des frais de paiements et de traitements plus importants (10 %).

« Diriger de façon efficace les paiements transfrontaliers peut être un défi, concède Roman. Nos solutions de devises mondiales résolvent un grand nombre des inefficacités et des coûts cachés relatifs aux méthodes de paiements traditionnelles. Nous voulons aider nos clients à réussir lorsqu’il s’agit de commerce transfrontalier avec leur voisin continental. »

Les solutions de devises mondiales American Express aident les entreprises à contrôler, gérer et simplifier leurs paiements transfrontaliers, grâce à une visibilité complète des dépenses, à une trésorerie améliorée, à une incidence des échanges étrangers minimisée et à une réduction des frais de transaction.

Méthodologie d’étude

Le rapport « Terms of trade: Understanding trade dynamics in the U.S. », en partenariat avec American Express, a été mené entre mars et mai 2016, par The Economist Intelligence Unit. Les résultats sont fondés sur une recherche documentaire, un sondage mené auprès de 531 entreprises qui commercent avec les États-Unis et des entrevues auprès de spécialistes, effectuées par The Economist Intelligence Unit. Les entreprises interrogées avaient des chiffres d’affaires variant entre 250 millions et 1 milliard de dollars américains, et appartenaient à 35 marchés différents.

À propos de Paiements, entreprises – Mondial d’American Express

Par l’entremise de son service Paiements, entreprises – Mondial, American Express offre une gamme de produits de paiements et de prêts qui aident les entreprises et les organismes de toute taille à faire des économies et à gagner en contrôle et en efficacité. Paiements, entreprises – Mondial propose des solutions aux entreprises concernant les dépenses quotidiennes et de voyage, les paiements transfrontaliers, les devises internationales et le financement du commerce.

Pour en apprendre davantage sur Paiements, entreprises – Mondial, rendez-vous à business.americanexpress.com/ca/fr.