Comment les entreprises futées prennent de l’expansion internationale

EN SAVIOUR PLUS

Comment les entreprises canadiennes futées prennent de l’expansion internationale

À l’heure de la mondialisation, les entreprises canadiennes bénéficient d’un accès sans précédent à de nombreuses régions économiques émergentes, et pour plusieurs entreprises de taille moyenne, un tel accès peut représenter de nouvelles occasions de croissance. Comme il a été rapporté dans le sondage réalisé par American ExpressMD auprès des entreprises de taille moyenne1 en juin 2014, 50 pour cent des décideurs canadiens affirment que leur priorité numéro un au cours des six prochains mois est la croissance de leur entreprise. Cela dit, les décideurs prêts à une expansion internationale doivent s’assurer de prendre des décisions judicieuses en matière de planification des initiatives de croissance.

Votre entreprise a beau avoir connu du succès au Canada, son expansion dans d’autres pays peut être exigeante : vous devez être prêt à œuvrer en respectant de nouvelles directives et à vous adapter à des conditions et pratiques locales. Voici quelques éléments à prendre en considération.

Ne vous fiez pas seulement à ce qui fonctionne au Canada.

Pour une entreprise, la croissance internationale peut être une étape importante à franchir, et vous pourriez avoir besoin d’un plan d’action différent en vue d’une expansion dans d’autres régions économiques. Votre entreprise pourrait connaître des problèmes d’ordre juridique, faire face à des différences culturelles et rencontrer des obstacles bureaucratiques. Faites preuve de prudence et pensez à mettre sur pied des équipes directoriales et juridiques qui pourront se charger des complexités de mener des affaires à l’étranger.

Les experts en sécurité de la Pinkerton signalent que vous devriez connaître les risques auxquels votre entreprise s’expose dans les autres pays : « Il est primordial de s’implanter dans la bonne région et d’en apprendre le plus possible au sujet de son climat commercial, de ses agences gouvernementales, de sa main-d’œuvre et de sa tolérance envers les entreprises étrangères qui y œuvrent2. »

Songez à consulter un expert externe qui pourrait vous aider à vous adapter à une variété d’exigences locales. Comme Law360 le fait remarquer, les pays tels « la Chine et le Brésil interdisent aux avocats étrangers de pratiquer le droit local. Par contre, ils peuvent quand même pratiquer le droit américain ou international, qui régit généralement les négociations d’ententes financières ou commerciales3. »

Percez grâce au commerce électronique.

Parmi les décideurs canadiens, 66 pour cent affirment s’être tournés vers les marchés internationaux en vue de recruter de nouveaux clients, 52 pour cent affirment avoir fait de même pour trouver de nouveaux fournisseurs de produits et services, et 42 pour cent affirment qu’ils fabriquent des produits à l’étranger4.

Le commerce électronique peut s’avérer une avenue intéressante. D’après une étude réalisée par Deloitte, « depuis 2009, la croissance du commerce électronique dans les marchés émergents dépasse largement celle des États-Unis et des autres marchés bien établis5. » Selon Deloitte, quatre tendances stimulent la croissance du commerce électronique et les changements qui s’opèrent dans le commerce de détail international : 1) le passage des achats en magasin aux achats en ligne, 2) la croissance de la demande de produits internationaux dans les régions émergentes, 3) le développement de l’expédition internationale et 4) l’augmentation des achats mobiles6.

Réfléchissez aux différentes régions économiques, puis déterminez lesquelles s’avéreraient pertinentes pour votre entreprise ou lesquelles présenteraient un potentiel de croissance selon ce qu’offre votre entreprise – par exemple l’Amérique latine, qui comme le fait remarquer InternetRetailer.com, « arrive désormais au deuxième rang des marchés du commerce en ligne international qui ont connu la plus rapide croissance, tout juste derrière la Chine7. »

Cela dit, avant de vous lancer dans l’aventure du commerce électronique, faites preuve de prudence et élaborez un plan en conséquence. Pensez à adapter vos publicités et votre site Web au public de la région cible. Deloitte suggère aux détaillants d’examiner les questions d’exploitation suivantes : 1) Localiserez-vous vos produits? 2) Comment gérerez-vous l’exécution des commandes internationales? 3) Comment traiterez-vous les requêtes envers le service à la clientèle? 4) En quoi les lois et règlements du gouvernement influeront-ils sur votre stratégie8?

Si votre entreprise peut réussir en s’adaptant aux préférences et exigences locales, le commerce électronique peut représenter une occasion de créer une demande internationale croissante pour vos produits et services.

À défaut de les vaincre, joignez-vous à eux.

Tenter de vaincre vos concurrents au sein d’un nouveau territoire n’est pas le seul moyen de prendre de l’expansion. Votre entreprise pourrait croître en faisant l’acquisition d’une autre entreprise ou en établissant un lien de coentreprise internationale. Une coentreprise avec une entité établie dans votre nouvelle région peut contribuer à atténuer une partie des risques et des défis associés à une expansion internationale.

À retenir

Une expansion internationale futée peut exiger de la souplesse. Connaissez le détail des préférences, de la réglementation et du climat commercial de vos régions cibles, et examinez le niveau de préparation de votre entreprise relativement aux nouvelles directives.

Mettez-vous à la recherche de conseillers qui pourront vous aider à répondre aux exigences régionales. Pensez à établir votre présence en ligne afin de tirer parti de la croissance du commerce électronique dans les régions émergentes. Enfin, demandez-vous si vous devriez rester à l’affût de possibilités de partenariat avec des entreprises qui partagent les mêmes intérêts que vous.

Sources :

1. Le sondage réalisé par American ExpressMD auprès des entreprises de taille moyenne a été mené en ligne auprès d’un échantillon de 200 décideurs financiers provenant d’entreprises de taille moyenne au Canada, c’est-à-dire dont les revenus annuels varient entre cinq millions et un milliard de dollars. Les entrevues ont été réalisées par Ebiquity Research entre le 2 et le 19 juin 2014.

2. Miguel Martinez, Expanding a Business Internationally: Risk Factors, Pinkerton,
11 mars 2014.

3. Erin Coe, Legal Barriers In China, Brazil Won’t Slow Firms’ Expansion, Law360,
4 août 2014.

4. Sondage de 2014 réalisé par American ExpressMD auprès des entreprises de taille moyenne.

5. Thomas F. Quinn, Jean-Emmanuel Biondi, Anu Penmetcha, Laura Bailey, From Bricks to Clicks : Generating Global Growth Through eCommerce Expansion, Deloitte, Regional eCommerce Projections (2012-2016), page 3, 2014.

6. Thomas F. Quinn, Jean-Emmanuel Biondi, Anu Penmetcha, Laura Bailey, From Bricks to Clicks : Generating Global Growth Through eCommerce Expansion, Deloitte, Regional eCommerce Projections (2012-2016), pages 3-4, 2014.

7. Mark Brohan, Amazon Shows the Big Opportunity in Latin America eCommerce, Internet Retailer, 21 juillet 2014.

8. Thomas F. Quinn, Jean-Emmanuel Biondi, Anu Penmetcha, Laura Bailey, From Bricks to Clicks : Generating Global Growth Through eCommerce Expansion, Deloitte, Operational considerations for retailers, pages 6-7, 2014.