Étude sur les PME 2017 L’avenir des petites et moyennes entreprises

Une étude mondiale menée auprès de plus de 3 200 chefs d’entreprise révèle que les PME canadiennes et étrangères ont bon espoir de prospérer en 2017 et dans les prochaines années.

TORONTO, 1er mars 2017 / CNW / – Les petites et moyennes entreprises (PME)1 canadiennes ignorent les préoccupations relatives à l’incertitude économique et politique, et demeurent plutôt confiantes en leurs capacités à innover, à générer des revenus et à faire croître leur entreprise, indépendamment des perspectives macroéconomiques.
Selon le Global SME Pulse, un sondage mondial d’American ExpressMD mené auprès des PME2 qui recense les réponses des cadres supérieurs et des décideurs issus de PME de 15 pays, les petites et moyennes entreprises canadiennes sont optimistes quant à l’économie et sont convaincues du rendement futur de leur entreprise, et elles pensent avoir les bonnes stratégies en place pour croître en temps d’incertitude.
« L’incertitude est toujours présente. Les temps peuvent changer, mais à titre de conseillers et de partenaires de confiance des PME canadiennes, nous savons que les besoins, les inquiétudes et les aspirations des propriétaires d’entreprise restent les mêmes », indique Paul Roman, vice-président et directeur général, Paiements, entreprises – Mondial d’American Express.
« Notre recherche démontre que les PME cherchent principalement à faire croître leur entreprise et à attirer de nouveaux clients, dans leur pays et à l’étranger. Il est intéressant de voir à quel point autant d’entreprises cherchent à investir dans l’innovation et les technologies émergentes. Toutefois, les résultats indiquent clairement que même les entreprises les plus entreprenantes peuvent avoir des difficultés à accéder au financement dont elles ont besoin ».

Croissance constante des revenus en 2017

Les PME du monde entier demeurent confiantes en leurs capacités à augmenter leurs revenus et leur rentabilité. Plus de la moitié (55 %) des PME canadiennes interrogées prévoient une augmentation considérable de leurs revenus (soit d’au moins 4 %) au cours des douze prochains mois, et 50 % d’entre elles sont prêtes à prendre de gros risques pour récolter de grandes récompenses. En fait, 42 % pensent que leur entreprise est plus susceptible d’être un perturbateur que d’être perturbée.

Parmi les principaux défis : l’incertitude économique et politique

Bien que les PME sont optimistes quant à l’économie et à leur propre entreprise (42 % se disent optimistes contre 12 % qui se disent pessimistes), elles ont tout de même cerné quelques préoccupations. Quelle est la première préoccupation sur leur liste? L’incertitude économique. En effet, 51 % des PME canadiennes classent l’incertitude économique au premier rang des menaces auxquelles elles doivent faire face, suivie de l’incertitude politique, au Canada comme à l’étranger. Les PME canadiennes considèrent également que les modifications apportées aux politiques, aux lois ou aux réglementations intérieures sont les principales menaces pour le rendement de leur entreprise (21 %).

L’innovation est indispensable, mais il y a un manque de confiance quant à sa mise en place

Dans le cadre de l’étude, les PME canadiennes s’accordent à dire que les technologies numériques offrent de nouvelles occasions professionnelles à leur entreprise (63 %). Cependant, seulement 18 % pensent qu’elles ont été très efficaces à concevoir ou à mettre en place des innovations. C’est un défi professionnel auquel 64 % des PME prévoient s’attaquer plus intensément au cours des trois prochaines années.

De manière générale, les trois principales priorités des PME en matière d’innovation numérique sont :

  1. les outils d’amélioration de la productivité pour les employés (69 %);
  2. les systèmes de communication (67 %); et
  3. les applications mobiles conviviales (67 %).

Les PME canadiennes prennent de l’expansion à l’échelle nationale et internationale

Malgré l’incertitude, les PME étrangères et canadiennes se concentrent sur les stratégies de croissance et d’expansion afin d’améliorer leur rendement financier. Plus de la moitié (51 %) trouvent qu’il est maintenant plus facile d’accéder à de nouveaux marchés d’exportation étrangers qu’il y a trois ans, et 27 % ont indiqué que l’expansion dans les nouveaux marchés internationaux est une priorité. De plus, 41 % des PME canadiennes déclarent qu’étendre leurs activités dans les nouveaux segments du marché intérieur sera une priorité pour leur entreprise au cours des trois prochaines années.

Faire preuve d’imagination en matière de finances afin de contribuer à la croissance

En général, de nombreuses PME ont de la difficulté à financer les investissements nécessaires à la croissance. Près de la moitié des petites et moyennes entreprises canadiennes (48 %) déclarent avoir du mal à accéder au financement dont elles ont besoin pour faire croître leur entreprise, tandis que 53 % indiquent qu’un flux de trésorerie inadéquat réduit leur capacité à payer les fournisseurs à temps. Par conséquent, elles prévoient de faire appel à des options moins conventionnelles afin de trouver des sources de financement pour leur entreprise au cours de la prochaine année, notamment :

  • l’externalisation ouverte (32 %);

  • les options flexibles d’accès comme les cartes de crédit (30 %);

  • les options de poste à poste (30 %); et

  • le financement de la chaîne d’approvisionnement (30 %).


À propos de la recherche

Oxford Economics a mené un sondage par téléphone auprès de 3 205 propriétaires, membres de conseils d’administration (y compris des chefs de la direction, des présidents, des directeurs gestionnaires, des directeurs généraux) et directeurs financiers ou chefs du service des finances dans des PME comptant entre 10 et 250 employés et ayant des revenus pouvant atteindre 30 millions de dollars. Les entreprises étaient établies dans 15 pays : l’Argentine, l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la France, l’Allemagne, l’Inde, l’Italie, le Japon, le Mexique, Singapour, l’Espagne, le Royaume-Uni et les États-Unis. Les entrevues réalisées dans le cadre du sondage ont été menées en octobre et en novembre 2016.
La recherche constitue le fondement d’une étude sur les facteurs qui favorisent la réussite des PME. Le sondage « Global SME Pulse: Strategies for Success in an Uncertain World » (Sondage mondial sur les PME : stratégies de réussite dans un monde incertain), qui sera publié plus tard cette année par Oxford Economics, analyse les forces d’exploitation qui permettent aux PME de croître.

 

Références

1 Une PME est une entreprise comptant entre 10 et 250 employés et ayant des revenus pouvant atteindre 30 millions de dollars.
2 Sondage mené auprès d’un échantillon représentatif de cadres supérieurs et de décideurs issus de PME ayant des revenus pouvant atteindre 30 millions de dollars à l’échelle de 15 pays et effectué par Oxford Economics en octobre et en novembre 2016.
SOURCE : American Express Canada

Pour obtenir de plus amples renseignements : Nicola McGroarty, au nom d’American Express Canada, nicola.mcgroarty@northstrategic.com